“Apocalypse Now Final Cut” : le cadeau de Francis Ford Coppola à ses fans

Pour les 40 ans du film “Apocalypse Now”, Francis Ford Coppola nous replonge dans la vie du capitaine Willard, dans une nouvelle version restaurée et au montage modifié.

Sorti en 1979, ce film est une adaptation de la nouvelle de Joseph Conrad, Au cœur des ténèbres (Heart of Darkness), parue en 1899.

Apocalypse Now, a remporté 9 prix :

  • Palme d’Or au Festival de Cannes en 1979
  • 2 Oscars en 1980 : Meilleure photographie avec Vittorio Storaro; Meilleur son
  • BAFTA : Meilleur acteur dans un second rôle avec Robert Duvall; et Meilleur réalisateur avec Francis Ford Coppola

Après avoir déjà fait une première modification du montage qui fut diffusé en 2001 et intitulé Apocalypse Now Redux, le réalisateur souhaite de nouveau, nous faire (re)voir des scènes devenues mythiques dans le monde du cinéma international.

Onze mois et 2 700 heures de travail ont été nécessaires pour numériser et restaurer les 300 173 plans du film pour cette 3ème version.

À notre époque, le son, le traitement des couleurs et les effets spéciaux sont capables de vous procurer le sentiment viscéral d’une explosion !

Francis Ford Coppola

APOCALYPSE NOW REDUX

En 2001, nous avons pu enfin voir la scène onirique de 24 minutes où le capitaine Willard et ses hommes font halte dans une plantation coloniale française.

SYNOPSIS APOCALYPSE NOW FINAL CUT

Cloîtré dans une chambre d’hôtel de Saïgon, le jeune capitaine Willard, mal rasé et imbibé d’alcool, est sorti de sa prostration par une convocation de l’état-major américain. Le général Corman lui confie une mission qui doit rester secrète : éliminer le colonel Kurtz, un militaire aux méthodes quelque peu expéditives et qui sévit au-delà de la frontière cambodgienne.

Fiche technique

  • Réalisation : Francis Ford Coppola
  • Scénario : John Milius, Francis Ford Coppola et Michael Herr, d’après la nouvelle Au cœur des ténèbres de Joseph Conrad (non mentionné au générique)
  • Direction artistique : Dean Tavoularis
  • Décors : George R. Nelson ; John LaSalandra
  • Costumes : Charles E. James
  • Maquillage : Jack Young et Fred C. Blau Jr
  • Photographie : Vittorio Storaro
  • Effets spéciaux : Joseph Lombardi et A. D. Flowers
  • Son : Walter Murch, Mark Berger, Richard Beggs et Nathan Boxer
  • Montage : Walter Murch, Gerald B. Greenberg et Lisa Fruchtman ; Barry Malkin; Michael Kirchberger (Redux)
  • Musique : Carmine Coppola, Francis Ford Coppola, Mickey Hart et Randy Hansen
  • Producteurs : Francis Ford Coppola, Eddie Romero, John Ashley, Mona Skager (associés); Fred Roos, Gray Frederickson, Tom Sternberg (coproducteurs); Kim Aubry, Shannon Lail (Redux)
  • Société de production : Omni Zoetrope
  • Sociétés de distribution : United Artists, Gaumont Buena Vista International (Redux)

Distribution

  • Martin Sheen : le capitaine Benjamin L. Willard
  • Marlon Brando : le colonel Walter E. Kurtz
  • Robert Duvall : le lieutenant-colonel Bill Kilgore
  • Frederic Forrest : Jay « Chef » Hicks
  • Albert Hall : le lieutenant George Philipps
  • Sam Bottoms : Lance Johnson
  • Laurence Fishburne : Tyrone « Clean » Miller
  • Dennis Hoppe : le journaliste-photographe
  • G. D. Spradlin : le général Corman
  • Harrison Ford : le colonel Lucas
  • Francis Ford Coppola : le réalisateur de l’équipe de télévision
  • Jerry Ziesmer : Jerry, le civil
  • Scott Glenn : le capitaine Richard Colby
  • Tom Mason : le sergent ravitailleur
  • Bill Graham : l’agent
  • Cynthia Wood, Linda Carpenter et Colleen Camp : les playmates
  • Glenn Walken : le lieutenant Carlsen
  • Jack Thibeau : le soldat dans la tranchée
  • Damian Leake : le mitrailleur dans la tranchée
  • Herb Rice : Roach

Distribution de Redux

  • Christian Marquand : Hubert de Marais, le propriétaire de la plantation française
  • Aurore Clément : Roxanne Sarraut de Marais
  • Michel Pitton : Philippe de Marais
  • Franck Villard : Gaston de Marais
  • David Olivier : Christian de Marais
  • Chrystel Le Pelletier : Claudine
  • Yvon LeSeaux : le sergent Le Fevre
  • Robert Julien : le professeur français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *