“Rashomon” d’Akira Kurosawa, un classique du cinéma japonais

Rashomon” est un classique japonais, réalisé par Akira Kurosawa et sorti en 1952. Considéré comme un monument du septième art, ce film a permis au cinéma japonais d’obtenir ses lettres de noblesse.

L’histoire du film Rashomon, se passe quelque part au Japon, un jour de pluie torrentielle où 3 hommes se retrouvent à l’abri d’une porte monumentale en ruine. Un prêtre et un bûcheron racontent leurs témoignages dans une affaire de meurtre, et dont le jugement vient d’être rendu.

Aujourd’hui, c’est une histoire fréquemment utilisée dans les films, mais à l’époque, le réalisateur Akira Kurosawa venait de bousculer les codes en adaptant deux nouvelles japonaises. Grâce à cette réalisation, nous apprenons qu’une même scène peut être racontée de manière différente en fonction des personnes questionnées. Un principe qui nous amène à remettre en question l’existence d’UNE vérité

Rashomon est une affirmation de la culture japonaise car il a été tourné lors de l’occupation américaine sur le territoire nippon. Cependant, il a réussi à gagner 2 prix :

  • Lion d’or à la Mostra de Venise en 1951
  • Oscar d’honneur du meilleur film étranger en 1952

Petite mention pour l’acteur Toshiro Mifune, qui interprète le rôle du bandit.

Toshiro Mifune

Synopsis

Kyoto, au Xe siècle. Sous le portique d’un vieux temple en ruines, Rashômon, trois hommes s’abritent de la pluie. Les guerres et les famines font rage. Pourtant un jeune moine et un vieux bûcheron sont plus terrifiés encore par le procès auquel ils viennent d’assister. Ils sont si troublés qu’ils vont obliger le troisième voyageur à écouter le récit de ce procès : celui d’un célèbre bandit accusé d’avoir violé une jeune femme et tué son mari, un samouraï.
Le drame a eu lieu dans la forêt à l’orée de laquelle est situé le portique de Rashômon. L’histoire est simple : Qui a tué le mari ? Le bandit Tajomaru, la femme, un bûcheron qui passait ou le mari lui-même qui se serait suicidé ? Autant d’hypothèses vraisemblables. Mais les dépositions des témoins devant le tribunal apportent à chaque fois une version différente du drame, et la vérité ne percera qu’après de nouvelles révélations surprenantes…

Casting

  • Toshirō Mifune : Tajomaru, le bandit
  • Masayuki Mori : Tashehiro, le samouraï
  • Takashi Shimura : Soma.uri, le fagotier (bûcheron)
  • Machiko Kyō : Masago, la femme du samouraï
  • Daisuke Katō : Houben, le policier
  • Noriko Honma : Miko, la médium
  • Minoru Chiaki : Tabi Hoshi, le prêtre
  • Kichijirō Ueda : l’auditeur égoïste

Fiche technique

  • Réalisation : Akira Kurosawa
  • Scénario : Shinobu Hashimoto, Akira Kurosawa, d’après deux nouvelles d’Akutagawa Ryunosuke
  • Photographie : Kazuo Miyagawa
  • Montage : Akira Kurosawa
  • Décors : Takashi Matsuyama
  • Musique : Fumio Hayasaka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *