Retour sur le film documentaire “If I Think of Germany at Night” du réalisateur Romuald Karmakar

Sorti en 2017 et diffusé sur Arte, le film documentaire “If I Think of Germany at Night” (titre original “Denk Ich an Deutschland in der Nacht”), réalisé par Romuald Karmakar présente la musique électronique actuelle en Allemagne. 5 protagonistes de cette musique partagent leurs témoignages : Ricardo Villalobos, Sonja Moonear, Roman Flügel, Move D et Ata.

Le film documentaire du réalisateur franco-allemand Romuald Karmakar présente la situation actuelle de la musique électronique en Allemagne. Pour illustrer au mieux l’état actuel de la musique éléctronique, Romuald Karmakar a suivi 5 artistes qui présentent leurs points de vue : Ricardo Villalobos, Sonja Moonear, Roman Flügel, Move D et Ata.

If I Think of Germany at Night nous permet de voir dans un contexte totalement différent, ces artistes uniques qui voyagent dans le monde entier pour nous faire danser.

Ce qui me frappe, c’est qu’il n’existe finalement aucun traitement filmographique de cette “culture jeune”. Rien qui se distingue véritablement de l’esthétique des clips musicaux, et qui écrivent un autre chapitre du dictionnaire visuel.

Rencontre avec Romuald Karmakar – Arte

Grâce à cette réalisation, nous pouvons voir le contraste de la vie d’artiste DJ, comme se détendre et se former la semaine, pour bien se préparer pour le week-end. Nous pouvons ainsi voir des endroits mythiques de Berlin tels que le Panorama Bar et la mezzanine du Berghain (pour lesquels le réalisateur a reçu une autorisation exceptionnelle).

Le film documentaire a reçu 2 distinctions :

  • 2017 : Festival International du Film de La Roche-sur-Yon – La Roche sur Yon (France) – Sélection
  • 2017 : Festival international du film de Berlin – Berlinale – Berlin (Allemagne) – Panorama Documentaires

Synopsis

Pour le DJ Roman Flügel, son travail est toute sa vie et quelque chose qu’il n’accepterait jamais de compromettre. Le nouveau documentaire de Romuald Karmakar dresse le portrait de cinq pionniers de la musique électronique pour qui le travail est leur raison d’être. Le film commence avec une nature morte d’équipement électronique dans lequel on se met à découvrir au bout de plusieurs minutes un plan large de câbles, de consoles, d’amplificateurs, de claviers et “des contrôleurs” comme Ricardo Villalobos – qui était le personnage principal du film de Karmakar en 2009 – et qui allumera plus tard les tableaux étincelants de distribution à l’arrière-plan.
Entre les pensées éloquentes des musiciens durant les interviews, les observations posées d’eux à leur platine de DJ et les images de foules suantes aux raves, une image sélective, progressive et très calme émerge d’une scène musciale en transition. Ata décrit la scène de musique actuelle comme un énorme tapis densément tissé, dont la fin est invisible. C’est une scène qui depuis les années 90 s’est différenciée et a évolué en quelque chose de plus complexe et difficile à saisir. Karmakar n’essaye pas de fournir une enquête historique homogène, il permet plutôt à ses images et à ses protagonistes de parler pour eux-mêmes.

Bande-annonce

Casting

  • Ricardo Villalobos
  • Sonja Moonear
  • Ata
  • Roman Flügel
  • David Moufang/Move D

Fiche technique

  • AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S) : Romuald Karmakar
  • IMAGE : Frank Griebe
  • SON : Matthias Lempert
  • MONTAGE : Robert Thomann et Anne Fabini
  • PRODUCTION / DIFFUSION : Arden Film
  • ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S) : Arden Film

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *