Frédéric Farrucci, réalisateur du film « La Nuit Venue »

Le réalisateur de ce film d’une grande beauté revient sur les prémices de la création dans un entretien exclusif à l’occasion du Festival Plurielles.

Road to Cinema s’est rendu à Compiègne au Cinéma Majestic afin de couvrir le Festival Plurielles, un festival d’une grande ambition qui met en lumière les femmes, l’inclusion, la diversité et qui lutte au travers des films programmés et des conférences orchestrées pour une meilleure représentation de la parité et de la diversité dans le cinéma. C’est dans ce cadre que nous avons eu l’honneur de recevoir le réalisateur du film « La Nuit Venue », Frédéric Farrucci.

Frédéric a présenté son film au Festival accompagné de ses interprètes principaux Guang Huo et Camélia Jordana et a participé à la table ronde autour des artistes du 7ème art d’origines asiatiques (la table ronde est à retrouver en IGTV, le sujet fut également abordé lors de nos entretiens avec Linh-Dan Pham et Frédéric Chau), la rencontre regroupait des invités dʼexception dont notamment le Maître Yoshi Oïda, cette rencontre cherchait à établir un état des lieux des représentations des artistes d’origines asiatiques sur grand écran, véritable enjeu politique et sociétal.

Le pitch du film, Paris 2018. Jin, jeune immigré sans papiers, est un chauffeur de VTC soumis à la mafia chinoise depuis son arrivée en France, il y a cinq ans. Cet ancien DJ, passionné d’électro, est sur le point de solder « sa dette » en multipliant les heures de conduite. Une nuit, au sortir d’une boîte, une troublante jeune femme, Naomi, monte à bord de sa berline. Intriguée par Jin et entêtée par sa musique, elle lui propose d’être son chauffeur attitré pour ses virées nocturnes. Au fil de leurs courses dans la ville interlope, une histoire naît entre ces deux noctambules solitaires et pousse Jin à enfreindre les règles du milieu.

« Un superbe film noir atmosphérique sur la romance d’un clandestin chinois chauffeur VTC aux prises avec la mafia et d’une call-girl dans le Paris nocturne, où le réalisateur met en lumière tous les invisibles de la Ville Lumière. Révélation d’un cinéaste. »

Télérama

Fréderic Farrucci retrace avec nous les prémices de l’écriture du film, il raconte comment il s’est s’entouré artistiquement et techniquement mais aussi en quoi la photographie et la musique sont importantes pour lui et pour le film. La musique et la conception de l’intégralité de la BO avec Rone sont clés, la musique comme un personnage à part entière du film.

Le conseil de Frédéric Farrucci est celui de commencer au plus tôt, de ne pas prendre de chemin de traverse et d’aller directement vers le désir.

Merci infiniment à Frédéric Farrucci pour ses mots. Merci à Quentin Delcourt et Laurence Meunier – créateurs du Festival Plurielles, sans qui ces rencontres n’auraient jamais eu lieu. Tous crédits réservés à Matthieu Camille Colin pour la photo présente plus haut, merci pour son œil et sa bienveillance.

« La Nuit Venue » est disponible jusqu’au 2 août 2021 sur myCanal.

Notre entretien avec Frédéric Farrucci lors du Festival Plurielles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *