“Soeurs” de Yamina Benguigui: Le film d’ouverture du Festival Plurielles 2021 avec la présence d’Isabelle Adjani

Cette année, l’équipe de Road to Cinema vous emmène sur le tapis rouge de la 4ème édition du Festival Plurielles à l’occasion de la cérémonie d’ouverture et de son film Soeurs, projeté pour la première fois devant le public, réalisé par Yamina Benguigui !

Quand les héroïnes du quotidien sont mises à l’honneur

Depuis sa création en 2018 par Quentin Delcourt et Laurence Meunier, le Festival Plurielles ne cesse d’évoluer et de grandir… A seulement 1h de Paris, cet évènement incontournable célébré du 11 au 19 juin au Cinéma Majestic de Compiègne met à l’honneur les femmes et l’inclusion dans le cinéma international contemporain ! Actrices, réalisatrices ou encore personnalités influentes, toutes se sont réunies pour fouler le chaleureux et prestigieux tapis rouge de cet évènement unique ! 

Après 7 mois sans salles de cinéma, le Festival Plurielles promet une évasion des plus totales ! Tournés vers l’Autre, la sélection de ses films en compétition racontent l’histoire d’héroïnes contemporaines et de personnages plus singuliers favorisant ainsi leurs représentations au sein de notre société… Cette année pour la grande cérémonie d’ouverture étaient attendues la réalisatrice Yamina Benguigui et l’actrice Isabelle Adjani pour la toute première projection du film “Soeurs” !

Un film franco-algérien bouleversant…

L’histoire interprêtée par par Isabelle Adjani, Maïwenn, Rachida Brakni, Hafsia Herzi et Djanis Bouzyani racontre l’histoire de Zorah, dramaturge d’origine franco-algérienne. Par un besoin viscérale, elle réveille les fantômes du passé dont la figure terrible du père, Ahmed, un militant du mouvement indépendantiste algérien venu combattre sur le sol français. Zorah n’a pu ramener que sa sœur Norah d’Algérie où Ahmed avait aussi emmené Redah, son petit frère, après les avoir enlevés suite au divorce obtenu par la mère.  Depuis, comme sa mère Leïla, elle est hantée par la question : où est Redah ? Trente ans plus tard, quand commencent les répétitions de sa pièce « Frères » un séisme familial éclate : Norah et Djamila, sa sœur cadette, sont prêtes à lui déclarer la guerre pour avoir rompu le silence, ce qui pour sa famille est un acte de trahison. 


Mais la guerre des sœurs n’aura pas lieu. Informée que le père est hospitalisé à Alger, la mère exige que Zorah parte à sa recherche avec ses sœurs, dernière et ultime chance pour elle de revoir son fils. Que trouveront-elles dans une Algérie en pleine ébullition ? Le père n’est plus à l’hôpital, il est peut-être en Kabylie, mais c’est loin Tizi Ouzou, surtout quand les rues de la capitale sont envahies par des centaines de milliers de manifestants… quand les statues des pères fondateurs tombent, quand se lève le vent de la révolution. 

Pour compléter votre lecture :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *